Le GREMCA – activités socio-culturelles

  • Caraïbes, Voix et Images

 

L’institut Canadien de Québec a pour mission d’assurer la gestion de quinze bibliothèques ainsi que les services de soutien au Réseau des bibliothèques de la Ville de Québec. Cet institut organise par ailleurs des événements structurants et développe des projets destinés à promouvoir et démocratiser l’accès au savoir et aux œuvres d’imagination. Il veut ainsi sensibiliser le public aux arts et à la culture en général. Cet automne, avec la collaboration du Centre International de Documentation Haïtienne, Caribéenne et Afro-Canadienne (CIDIHCA) et en partenariat avec le Groupe de Recherche Multidisciplinaire sur la Caraïbe (GREMCA), il organise un festival cinématographique : Caraïbes, Voix et Images.

 

L’archipel des Caraïbes se donne comme un univers pluriel, où une identité partagée se diffracte à travers un patchwork de cultures d’une grande richesse. Cette dimension syncrétique est magnifiquement exprimée par la musique et la danse traditionnelles, les arts plastiques et l’artisanat populaire, ou encore dans la littérature caribéenne. Les productions audiovisuelles, plus récentes, l’illustrent elles aussi, à leur manière.

 

Le projet qui sous-tend Caraïbes, Voix et Images est donc de créer une occasion de mettre en contact ces cultures archipéliques avec la communauté québécoise, pour permettre à cette dernière de mieux les connaître et, par là, de les reconnaître. Dégageant un espace propice à l’expression et l’affirmation des identités insulaires, la démarche ambitionne de favoriser l’intégration des ressortissants originaires des Caraïbes dans la société québécoise, en invitant à un dépassement des stéréotypes et clichés généralement véhiculés. D’une manière plus générale, Caraïbes, Voix et Images vise à la promotion de valeurs universelles comme la tolérance, le respect et la dignité.

 

En termes de programmation, ce festival consistera en la présentation de trois conférences, prononcées par des personnalités issues des Caraïbes et vivant actuellement au Québec, ainsi qu’en la projection d’une série de dix longs métrages. Les projections des samedis après midi seront précédées d’une introduction et suivies d’un débat animé par des membres du Groupe de Recherche Multidisciplinaire sur la Caraïbe (GREMCA).

 

 

Lieu: Bibliothèque Gabrielle-Roy

350, rue Saint-Joseph Est
Québec (Québec)
G1K 3B2
Téléphone : (418) 641-6789

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conférences

 

1. Le réalisme merveilleux en Amérique latine et dans la Caraïbe

Les écrivains latino-américains et caribéens mélangent souvent le réel et le merveilleux. Comment le font-ils et pourquoi ? C’est à ces deux questions notamment que cette conférence de Maximilien Laroche s’efforcera de répondre en prenant l’exemple de quelques récits latino-américains et caribéens.

Mercredi 24 septembre à 19h, salle Gérard-Martin

 

2. Les Caraïbes, les arts plastiques

Les Caraïbes, c’est un microcosme du monde, un carrefour, un lieu de rencontre de races, de langues et de cultures qui laissent chaque fois des traces plus ou moins importantes. L’historien de l’art Gérald Alexis démontre comment cela se reflète dans les arts plastiques.

Adultes, gratuit, durée : 90 min

Mardi 21 octobre à 19 h, salle Gérard-Martin

 

2. Les peuples de la Caraïbe contre la géopolitique du divorce

Dans cette conférence, Raul Ernesto Colon Rodriguez fait l’historique commenté des liens culturels hispano-francophones dans les Antilles : une façon spontanée de contrer le divorce régional postindépendance.

Adultes, gratuit, durée : 90 min

 

Mardi 18 novembre à 19 h, salle Gérard-Martin

 

 

 

 

 

 

Films

 

 

Les samedis, les projections sont précédées d’une présentation et suivies d’une discussion animée par le Groupe de recherche multidisciplinaire sur la Caraïbe (GREMCA).

 

Césaire, la manière nègre – Samedi 27 septembre à 13 h 30 et jeudi 2 octobre à 18 h 30

L’odeur de chêne Samedi 4 octobre à 13 h 30 et jeudi 9 octobre à 18 h 30

Tropique Nord Samedi 11 octobre à 13 h 30 et jeudi 16 octobre à 18 h 30

Haïti dans tous mes rêves Samedi 18 octobre à 13 h 30 et jeudi 23 octobre à 18 h 30

The harder they come Samedi 25 octobre à 13 h 30 et jeudi 30 octobre à 18 h 30

Rue Cases nègres Samedi 1er novembre à 13 h 30 et jeudi 6 novembre à 18 h 30

La dernière Cène Samedi 8 novembre à 13 h 30 et jeudi 13 novembre à 18 h 30

Tête grenne Samedi 15 novembre à 13 h 30 et jeudi 20 novembre à 18 h 30

Les chemins de la mémoire Samedi 22 novembre à 13 h 30 et jeudi 27 novembre à 18 h 30

Ava et Gabriel  Samedi 29 novembre à 13 h 30 et jeudi 4 décembre à 18 h 30

 

 

Samedi 27 septembre – Jeudi 2 octobre

Césaire, la manière nègre – 1991

Jean-Daniel Lafond – Québec

Ce film nous conduit dans le pays et dans l’œuvre du grand poète et homme politique martiniquais que fut Aimé Césaire.   Il  se livre en toute confiance au poète québécois Paul Chamberland qui, 30 ans auparavant, avait trouvé en lui un modèle et une inspiration dans sa lutte pour l’indépendance du Québec.

 

Samedi 4 octobre – Jeudi 9 octobre

L’odeur de chêne – 2003

Rigoberto Lopez  – Cuba, 2003

Au XIXe siècle à Cuba, l’aventure amoureuse entre une jeune femme belle et distinguée de la colonie de Saint-Domingue dans les Caraïbes et un commerçant allemand arrivé récemment dans le pays. Une histoire d’amour infinie qui fit de l’Angerona la plus riche plantation de café à Cuba. Une métaphore de notre époque.

 

Samedi 11 octobre – Jeudi 16 octobre

Tropique Nord – 1993

Jean-Daniel Lafond, Québec

Les Tropiques et le Nord, deux points différents du globe qui pourtant pourraient ne faire qu’un dans un lieu, un pays à l’image d’un Nouveau Monde, un pays ou la société ne jouerais plus avec des mots comme : intégration, assimilation, inter-culturel, multiculturel, antiraciste et où serait cerner les vrais enjeux ; un pays qui pourrais, pourquoi pas, se trouver au Canada

 

Samedi 18 octobre – Jeudi 23 octobre

Haïti dans tous mes rêves – 1996

Jean-Daniel Lafond – Québec

Une rencontre avec l’écrivain d’origine haïtienne René Depestre, ses idées, ses souvenirs, son exil.   C’est aussi une image de cette Haïti qu’au fond René Depestre n’a jamais quitté mais qu’il a revu et qui chaque matin le l’oblige à affronter un débat existentiel entre le  pessimisme de la raison et l’optimisme de la volonté.

 

Samedi 25 octobre – Jeudi 30 octobre

The harder they come – 1972

Perry Henzel, Trevor D. Rhone – Jamaïque (V.O)

Ce film peut être considéré comme une métaphore de la situation des jamaïcains dans les années 1970.  C’est l’histoire d’un jeune chanteur (incarné par la vedette du reggae ; Jymmy Cliff) dont les espoirs de devenir une star sont anéantis par les méthodes injustes et la cupidité d’un producteur véreux.      Le parcours de ce jeune devient presque une prophétie, un appel général à la révolte, un exutoire à toutes les frustrations d’un peuple vivant une dure réalité.

 

Samedi 1 novembre – Jeudi 6 Novembre

Rue CaseS nègreS – 1983

Euzhan Palcy – Martinique

Tiré d’un roman autobiographique de Joseph Zobel, c’est l’histoire de José Hassam, élevé sur une plantation de canne à sucre, élevé par sa grand-mère (l’archétype de la mère antillaise) et qui passera de l’émerveillement d’une enfance agreste à la découverte de l’exploitation des travailleurs et des injustices générées par la société coloniale urbaine.

 

 

Samedi 8 novembre – Jeudi 13 novembre

La dernière cène – 1999

Thomas Gutierrez Alea – Cuba

Ce film est porté par une grandeur tragique.  C’est la semaine Sainte à la fin du XVIIIème siècle et un grand propriétaire terrien, catholique pratiquant, décide de revivre les gestes du Christ en présence de douze de ces esclaves. Les tensions disparaissent et grâces et libertés sont cordées en pleine euphorie.  Mais le tout tourne mal et s’ensuivent révolte et répression.

 

Samedi 15 novembre – Jeudi 20 novembre

Tet gréné – 2001

Christian Grandman – Guadeloupe

Captivant de tension humaine, tout est affaire d’ambiance et de cassure : deux vies déjà cassées et celle d’un jeune garçon menacée par les trafics et la drogue.  Et puis cette dominicaine qui arrive.  Des personnages emblématiques d’un mal-être nous disent la vie dans un pays vus par d’autres comme un paradis tropical.

 

Samedi 22 novembre – Jeudi 27 novembre

Les chemins de la mémoire – 2002

Frantz Voltaire, Haïti- Québec

Un voyage à travers les chemins de la mémoire pour découvrir le pays d’Haïti, ce pays qui est dans le cœur et l’esprit de milliers d’haïtiens vivant en exil, un pays qui en 1957 et tombé sous le joug de la dictature des Duvalier et qui aujourd’hui encore est aux prises avec des problèmes de tous ordres.

 

Samedi 29 novembre – Jeudi 4 décembre

AVA ET GABRIEL – 1990

Félix de ROY – CURAÇAO

Gabriel Goedbloed, peintre originaire de Surinam arrive à Curaçao, venant de la Hollande, pour exécuter la commande d’un portrait de la Vierge Marie pour l’Église de Ste-Anne. À la surprise de tout le monde, il est noir et il choisit comme modèle Ava, une jeune mulâtresse fiancée à un policier blanc. Naissent alors toutes sortes d’intrigues et de controverses révélant l’hypocrisie du milieu.

 

 

 

 

 

 

  •  Projet d’exposition « HORIZONS CARAÏBES » une exposition organisée par le GREMCA

 

Présentation

 

Organisée sous l’égide du GREMCA (Groupe de recherche multidisciplinaire sur la Caraïbe), l’exposition Horizons Caraïbes a pour projet de dresser un état des lieux de la création caribéenne en rassemblant une centaine d’œuvres représentatives de l’art contemporain des Grandes et Petites Antilles autour de la notion d’« identités caraïbes ».

Soucieuse de sensibiliser son public à la richesse et à la variété des pratiques artistiques d’un espace géographique peu connu et riche d’influences diverses, l’exposition sollicitera toutes les formes de l’art contemporain : peinture, dessin, photo, sculpture, architecture, design, musique, vidéo, installation, performance, art web, etc. De la même façon, elle sollicitera des artistes ressortissant indifféremment de la Caraïbe anglophone, francophone et hispanophone. Le visiteur d’Horizons Caraïbes pourra ainsi découvrir des œuvres produites indifféremment par des créateurs originaires de Cuba, Puerto Rico, la Jamaïque, Haïti, la Barbade, la République Dominicaine, Trinidad, la Martinique et la Guadeloupe. Le même souci d’exhaustivité exigera que des artistes appartenant aux différentes diasporas caribéennes soient représentés.

Plus loin, suscitant la réflexion autour de la notion d’identité caribéenne telle que les artistes de la Caraïbe s’emploient à la conceptualiser et à l’exprimer, l’exposition Horizons Caraïbes sera en mesure de contribuer efficacement à une réflexion plus globale qui mobilise actuellement le champ intellectuel, à échelle internationale. Travaillée par un processus de créolisation dynamique et continu, la Caraïbe s’impose comme un espace exemplaire s’agissant d’interroger la notion même d’identité. Une incroyable diversité de cultures – amérindienne, africaine, européenne, asiatique… – s’y rencontrent et s’y mêlent en effet depuis plus quatre siècles, inaugurant des schèmes et schémas neufs qui sont susceptibles de nourrir une réflexion féconde sur nos identités postmodernes.

 

Monsieur Gérald Alexis assurera le commissariat de l’exposition. Ex-conservateur en chef du Musée National et du Musée d’art haïtien à Port-au-Prince, titulaire d’une maîtrise en Histoire de l’Art de l’Université du Texas, avec une spécialité en art contemporain caribéen et latino-américain, Monsieur Alexis a été le commissaire de multiples expositions tant en Haïti qu’à l’étranger. Il veillera à recenser la ressource présente en Amérique du Nord en vue de minimiser les frais de transport des œuvres et à opérer un tri sélectif des œuvres, à la fois pour que l’exposition propose des créations de grande qualité et d’une véritable actualité, mais aussi afin de garantir que, des réalisations proposées au public, découlent des questionnements autour de la thématique générale.

Dans le cadre de sa fonction de commissariat, Monsieur Gérald Alexis s’assurera la collaboration de différents experts de l’art caribéen, en vue de maximiser la qualité de l’exposition et la pertinence des œuvres sélectionnées.

 

Sous la direction de Monsieur Alexis, une équipe de chercheur(e)s rattachés au GREMCA assurera le bon déroulement de l’événement, en apportant un soutien notamment logistique et administratif. Cette équipe sera composée de Marie Meudec (doctorante en anthropologie à l’Université Laval), Schallum Pierre (artiste visuel et doctorant en philosophie à l’Université Laval), Murielle Jean-Baptiste (doctorante en sociologie à l’Université Laval), Stéphane Alix (doctorante en psychologie à l’Université Laval) et Katell Colin (Ph.D Études Littéraires).

 

 

Objectifs de l’exposition

 

Objectifs généraux

L’exposition Horizons caraïbes entend proposer un nouveau regard sur les sociétés et les cultures de la Caraïbe, loin des clichés exotiques et des stéréotypes généralement véhiculés à leur propos. Il s’agira, essentiellement, de montrer que le champ artistique caribéen est un champ dynamique, fécond, un lieu marqué par une (r)évolution permanente des supports et des paradigmes, et dont le discours et les productions doivent être appréhendés dans leur dynamique in progress.

 

Objectifs spécifiques

L’exposition Horizons caraïbes vise à promouvoir l’art caribéen, en le faisant connaître du grand public. Les œuvres présentées susciteront la réflexion et la recherche sur la créativité caribéenne, sous une forme à la fois libre (visites), articulée et transversale (colloque et conférences placés sous le signe de l’interdisciplinarité).

Soucieuse d’échanges et de rencontres, elle ambitionne aussi de contribuer efficacement à la constitution d’un réseau à la fois inter- et intra-caribéen, dans le domaine des arts visuels. Réunissant des artistes de tout l’archipel et de la diaspora, elle créera l’occasion de mettre fin à l’isolement dans lequel se tiennent les îles de la Caraïbe les unes par rapport aux autres. De ce point de vue, le mot d’ordre en sera : « l’unité dans la diversité ».

Enfin, la tenue de l’exposition impulsera l’organisation d’une série d’autres activités culturelles et scientifiques : colloque, soirées thématiques, ateliers, etc.

 

 

Public visé

L’exposition Horizons caraïbes, planifiée pour une durée de six mois afin de toucher un grand nombre de visiteurs, s’adressera à tous les types de publics : scolaires, étudiants, grand public, spécialistes. Pour mobiliser ces différents groupes, un vernissage, des ateliers et des rencontres avec les artistes seront organisés. De plus, afin de garantir aux visites guidées une qualité maximale, les guides bénéficieront d’une période de formation dispensée par le commissaire de l’exposition.

 

 

Revenus

Les revenus occasionnés par l’événement consisteront dans la vente d’un catalogue très élaboré, les recettes des droits d’entrée aux différents spectacles et soirées thématiques, et la mise sur le marché de produits dérivés (cartes postales, affiches, etc.). Ultérieurement, l’exposition pourra être proposée à la vente auprès d’autres musées d’Amérique du Nord et d’Europe et de la Caraïbe.

 

 

Activités connexes

En aval de l’exposition Horizons caraïbes, et en relation directe avec la problématique des identités caraïbes, seront organisés :

         un colloque,

         des ateliers de création,

         une série de soirées thématiques (danse, vidéo, musique, slam poésie, etc.),

         un concours de portraits documentaires autour de diverses personnalités de la Caraïbe,

         une contribution dans le cadre du Festival itinérant de cinéma de la Caraïbe.

 

 

Promotion

 

Il convient de souligner que l’exposition Horizons caraïbes prend place dans un projet d’envergure visant, conformément aux objectifs du GREMCA, à faire connaître les sociétés de la Caraïbe par le biais de l’organisation de divers évènements à la fois scientifiques et culturels. Ce projet comprend :

         l’organisation, à l’automne 2008 et en partenariat avec L’Institut Canadien et le CIDIHCA (Centre International de Documentation et d’Information Haïtienne, Caribéenne et Afro-canadienne), d’une édition du Festival Caraïbes: Voix et Images ;

         l’organisation, au cours de l’hiver 2009, d’un colloque universitaire sis à l’Université Laval, portant sur la présence des traces de l’Afrique dans les arts de la Caraïbe.

Ces différents évènements permettront de procéder à un effet d’annonce conséquent relativement à la tenue de l’exposition Horizons caraïbes. Un suivi sera assuré auprès des différents publics participant à l’un ou l’autre de ces rendez-vous culturels et/ou scientifiques, de façon à garantir une visibilité maximale à l’exposition prévue pour l’automne 2009.

 

Signalons aussi que les médias seront évidemment sollicités pour le lancement de l’exposition, et des pages internet seront réalisées, accessibles à partir du Blog du GREMCA.

 

  • Soirée poésie en hommage à Jacques Roumain, 3 octobre 2007

Pour connaître le programme, cliquez sur soirée poésie au Musée de la civilisation

Photo de M.Jean-Baptiste, M.Meudec et L.S. Alix lisant Sales Nègres de Jacques Roumain

  • Exposition « Jacques Roumain » à la salle d’Expositions du pavillon Alphonse Desjardins, Université Laval, du 24 septembre au 5 octobre 2007

Pour visionner le Powerpoint créé par Mr Gérald ALEXIS, commissaire de l’exposition, cliquez sur Jacques Roumain en images

 

Publié on juin 17, 2008 at 6:49  Commentaires fermés sur Le GREMCA – activités socio-culturelles  
%d blogueurs aiment cette page :